WoodstoveThermometer.com | Efficience. Securité. Pour vôtre poêle à bois.

Questions-réponses1

Quels sont les avantages du chauffage au bois ?

Comme toutes les autres sources d'énergie utilisées pour le chauffage, le bois a ses avantages et ses inconvénients. Parmi les avantages, il y a le fait que le bois est une ressource renouvelable qui nécessite peu de transformations. Pour bien des utilisateurs, une installation de chauffage au bois est une garantie d'autonomie énergétique dans l'éventualité d'une panne de courant, car les appareils de chauffage au bois fonctionnent sans électricité. Comme l'approvisionnement en bois se fait localement, ce combustible est doublement avantageux sur le plan économique, car il permet au ménage de réaliser des économies en plus d'encourager les fournisseurs d'ici plutôt que de lointaines sociétés pétrolières ou gazières. Par ailleurs, certaines personnes prennent un réel plaisir à couper, à fendre et à corder leur bois de chauffage, activités qu'elles voient comme une façon de se garder en forme. Pour la plupart des gens, la vue d'un feu de bois est irrésistible. Nombreuses d'ailleurs sont les personnes qui ne peuvent même pas s'imaginer vivre un hiver privées de ce plaisir.

Quels sont les inconvénients ?

Le chauffage au bois comporte aussi des inconvénients. Le plus grave étant la pollution atmosphérique. Celle-ci est causée par les poêles, foyers et générateurs de chaleur au bois de vieille génération qui n'assurent pas une combustion complète du bois, de même que par les personnes qui ne savent pas comment s'y prendre pour brûler du bois. Même avec les appareils à combustion les plus perfectionnés, le bois produit davantage d'émissions atmosphériques sous forme de petites particules que les combustibles traditionnellement utilisés pour le chauffage, comme le mazout et le gaz. Par ailleurs, le chauffage au bois oblige à surveiller le feu, à l'alimenter et à s'astreindre périodiquement à des corvées d'entretien comme l'enlèvement de la cendre. Ces corvées nécessitent du temps, ce qui représente un coût. Une provision de bois pour l'hiver occupe aussi beaucoup d'espace.

Quelle que soit la source d'énergie employée pour chauffer votre maison, son utilisation aura des répercussions sur l'environnement.

Comment optimiser le rendement et diminuer la pollution ?

La sécurité et l'efficacité du chauffage au bois reposent essentiellement sur une bonne planification et sur le soin apporté à la mise en place et au fonctionnement de l'appareil. Des progrès considérables ont été réalisés au cours des 25 dernières années dans le secteur de la combustion du bois. Ces progrès ont rendu la combustion du bois plus sûre, plus efficace et plus pratique que jamais auparavant. Ces progrès se traduisent notamment par de nouvelles conceptions des chambres de combustion qui procurent une combustion du bois plus complète, plus propre et plus énergétique. Malgré les efforts considérables fait en recherche et développement par les fabricants et les normes strictes mises en place par les gouvernements, l'utilisateur doit s'informer sur le fonctionnement de son appareil et sur les techniques de combustion du bois de façon à prendre part dans les efforts faits pour la sécurité et la diminution de la pollution de l'air. Une étude démontre que l'énergie consommée dans une maison avec les mêmes équipements et avec des familles semblables pouvaient varier de plus ou moins 300% en fonction des utilisateurs !2

Pourquoi utiliser un thermomètre ?

Un thermomètre vous aide à utiliser votre poêle à bois efficacement. Il existe trois genres de thermomètres. Le premier comporte une sonde qu'on enfonce dans un petit orifice situé dans le tuyau de raccordement afin qu'elle entre en contact avec les gaz circulant dans le conduit de cheminée. Le second et le troisième sont des thermomètres magnétiques qui adhèrent à la face extérieure du tuyau de raccordement ou au-dessus du poêle. Installez le thermomètre à sonde dans le tuyau de raccordement à environ 30 cm au-dessus de la sortie de l'appareil, mais jamais sur l'appareil même. Ce thermomètre indique la température des gaz de combustion. Quant aux thermomètres magnétiques, ils mesurent en fait la température du conduit de fumée ou celle de la surface du poêle. La température qu'il enregistre sera par conséquent moins élevée que celle mesurée à l'aide d'un thermomètre à sonde.

Certains fabricants recommandent d'utiliser un thermomètre qui se place sur le poêle même, plutôt qu'un thermomètre de conduit de fumée. Il fonctionne de la même façon, sauf qu'il affiche des gammes de température différentes puisqu'il mesure la température de la surface du poêle.

Lorsque vous faites chauffer le poêle pour chasser l'humidité du combustible, le thermomètre vous indique à quel moment réduire l'admission d'air. Chaque appareil de chauffage se comporte différemment et les thermomètres varient de sorte qu'il est impossible de donner des températures de référence exactes. Toutefois, pour éviter d'endommager les parties internes du poêle, mentionnons qu'il ne faut jamais laisser monter la température du conduit à plus de 460 °C (860 °F) pendant plus de quelques minutes. Familiarisez-vous avec les manoeuvres qui font varier la température des gaz de combustion mesurée. L'expérience aidant, vous serez en mesure de déterminer si vous avez trop réduit l'admission d'air ou si le moment est propice pour la recharge.

Comment sait-on que son poêle à bois pollue ?

Quelle que soit la source d'énergie employée pour chauffer votre maison, son utilisation aura des répercussions sur l'environnement. Quand la combustion au bois ne s'effectue pas bien, elle peut nuire à la qualité de l'air, à l'intérieur comme à l'extérieur. Les feux qui couvent, qui fument et qui produisent un panache de fumée de couleur bleu gris s'échappant de la cheminée sont la principale cause de la pollution de l'air liée à la combustion du bois. La fumée produite par la combustion du bois peut être nocive pour les humains qui la respirent.

Comment se forme la créosote dans les conduits de cheminées ?

Les feux de cheminée résultent de l'application de mauvaises techniques de chauffe et d'un mauvais entretien de la cheminée. Quand on les utilise correctement, les appareils de chauffage au bois peuvent quand même provoquer la formation d'un peu de dépôts de créosote dans la cheminée, mais les dépôts de ce genre s'enflamment moins facilement. Contrairement à la créosote noire et goudronneuse produite par les feux qui couvent, la créosote qui s'accumule quand on emploie les bonnes techniques de chauffe sera souple, floconneuse ou pulvérulente.

Comment éviter la fumée et les odeurs ?

Si l'odeur piquante d'un feu de bois qui règne à l'intérieur par un soir d'hiver peut être agréable, il reste qu'une odeur de feu de bois dans la maison est une indication que l'installation de chauffage ne fonctionne pas comme elle le devrait. La fumée de bois renferme des polluants atmosphériques nocifs qui peuvent provoquer des irritations et même être dangereux à forte concentration. Les appareils de chauffage au bois conçus, installés et utilisés adéquatement n'enfument pas la maison. Trois grandes raisons expliquent pourquoi des installations de chauffage au bois fument

Mauvaise utilisation de l'appareil : Un feu de bois qui manque d'air couve et produit ainsi un feu fumant ne dégageant pas énormément de chaleur. Le problème se manifeste habituellement quand l'apport d'air est trop faible. Comme un feu qui couve ne dégage pas une chaleur intense, la cheminée ne recevra pas les gaz chauds dont elle a besoin pour produire un fort tirage. De la fumée se répandra alors dans la pièce dès l'ouverture de la porte de chargement de l'appareil. Les émanations de fumée sont d'abord et avant tout le fait de feux qui couvent. En mettant en pratique les techniques de chauffe recommandées plus loin dans ce guide, vous pourrez éviter ces feux qui couvent

Il y a des connaissances et des techniques à acquérir et à mettre en pratique pour assurer le bon fonctionnement d'une installation de chauffage au bois. Lorsque, avec l'expérience, vous en viendrez à maîtriser les techniques, vous utiliserez moins de bois pour chauffer votre maison, vous réduirez les émissions polluantes que la fumée produit à l'intérieur comme à l'extérieur et vous profiterez pleinement des avantages et du plaisir que procure le chauffage au bois

Les suggestions proposées ici sont de nature générale et s'appliquent à nombre d'appareils de chauffage au bois. Il reste que certains appareils de combustion, peuvent nécessiter des techniques particulières qui sont décrites dans le manuel du fabricant. L'utilisateur devra, le cas échéant, se conformer aux directives précisées dans ce manuel

Comment faire un feu ?

Il y a plusieurs façons d'allumer un feu de bois. En expérimentant, chacun finit par peaufiner sa propre méthode. Quel que soit la façon de s'y prendre, le but est de faire prendre le feu rapidement et d'éviter d'obtenir un feu qui couve. Pour que le feu produise le moins de fumée possible, il faut que l'environnement soit chaud, d'où l'importance d'obtenir un feu intense qui réchauffe la brique réfractaire et les parties métalliques de la chambre de combustion.

Avant tout, rappelez-vous de NE JAMAIS LAISSER LE FEU COUVER. Tant qu'il reste du bois dans la chambre de combustion, il doit subsister des flammes. Sans flammes, la fumée s'échappera avant d'être brûlée, ce qui réduit par le fait même l'efficacité de la combustion et accroît la pollution. Avec un poêle évolué de puissance moyenne, il est possible de faire un feu qui brûlera bien la fumée pendant la nuit et de disposer de suffisamment de braise le matin pour une nouvelle attisée.

Envoyez vos suggestions et commentaires à MikeWhitt@Condar.com

1Inspiré en grande partie par le guide du chauffage à bois résidentiel de la SCHL du Gouvernement Canadien.

2Loren Lutzenhiser, Social and Behavioral Aspects of Energy Use (1993)